Les élus RCES contestent l’entrée en vigueur du CETA


Par Justin Boche
Publié le 21/09/2017  à 14:39
1 réaction

Les élus RCES du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes ont lancé un appel au gouvernement pour contester l'entrée en vigueur du CETA ce jeudi 21 septembre.

Les élus du Rassemblement citoyens-écologistes-solidaires au conseil régional aurhalpin © DR
Les conseillers régionaux RCES.

Le CETA, accord commercial et économique entre le Canada et l'Union européenne entre en vigueur provisoirement ce jeudi 21 septembre. Un traité contesté par les élues RCES de la région Auvergne-Rhône-Alpes qui avaient proposé en 2016 que la région se proclame "zone hors TAFTA et CETA". "Le CETA, c’est la mise à mort de nos petits paysans et une sérieuse menace sur la santé publique. Sur fond de scandales alimentaires récurrents, et à l’heure où on découvre que Monsanto dicte ses rapports sur le glyphosate à l’Union européenne, le bon sens serait au contraire de renforcer en  en France et en Europe les produits locaux, bios, respectueux du revenu paysan, de la santé et de l’environnement. Cet accord c’est tout l’inverse avec l’importation de produits du Canada où les normes sont moins exigeantes. On va donc importer des dizaines de milliers de tonnes de bœuf et de porc, bourrés d’antibiotiques ? Cela risque d’anéantir un peu plus la production locale", a critiqué la conseillère régionale RCES Corinne Morel Darleux. 

Même son de cloche du côté de Jean-Charles Kohlhaas. "L’accord CETA représente un haut risque climatique. À l’heure où les effets dramatiques du changement climatique ne sont plus à prouver, le CETA, par la multiplication des échanges commerciaux, fera nécessairement croître les émissions de gaz à effet de serre transatlantiques. Totalement à rebours des déclarations de Messieurs Macron et Hulot sur l’urgence climatique, où est la cohérence ?", s'est-il questionné.

Les élus RCES ont lancé un appel ce jeudi au gouvernement Philippe afin qu'il mette en cohérence ses discours et ses actes et ont demandé aux états européens de refuser la ratification des parties de l’accord relevant de leurs compétences.

  • Actuellement 5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 5/5 (2 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également
RCESCETA

Vos réactions
1 commentaire

Il n'y a qu'un seul moyen pour se débarrasser de ces magouilles commerciales :
commencer à imaginer et à construire le monde de l'après monnaie.
.
Vous pensez toujours que cette idée est ridicule, et qu'il "suffit" de soigner le système, mais jamais le système ne se réformera : la guerre commerciale est obligatoire dans un système monétaire.
.
Prenons en conscience ! :o)

Signaler un abus | le 22/09/2017  à 12:25 | Posté par  Abolition_de_la_monnaie  
(Mentions légales, cliquez-ici)
Mot de passe oublié ?