Après les filles, l'épouse de Michel Mercier au cœur de l'enquête


Par Thomas Frénéat
Publié le 11/08/2017  à 11:58
Réagissez

Selon les révélations du Parisien, l'enquête préliminaire qui visait Michel Mercier concernant l'emploi de ses filles a été élargie à son épouse qui aurait travaillé avec lui pendant 14 ans.

Michel Mercier en mars 2012 © Tim Douet
© Tim Douet
Michel Mercier.

 "Une véritable PME familiale". C'est en ces mots que le quotidien a qualifié les activités douteuses de Michel Mercier. Alors qu'il s'apprêtait à siéger au Conseil constitutionnel, l'ex-président du conseil général du Rhône s'est fait rattraper par une affaire d’emplois familiaux et d'emplois fictifs. Entre 2003 et 2014, le sénateur du Rhône a rémunéré ses deux filles en tant qu'attachées parlementaires. Problème, la justice semble avoir bien du mal à trouver quelconque trace d'un réel travail. C'est dans ce contexte qu'il a été entendu ce mercredi par l’Office central de lutte contre la corruption et les infractions financières et fiscales (OCLCLIFF).

Dès lors, les investigations concernant "l'entreprise" Mercier ont été élargies à d'autres membres du cercle familial. Si le Canard enchaîné annonçait que son fils avait également fait partie de l'aventure, c'est sa femme, Joëlle Mercier qui attire désormais l'attention des enquêteurs. Elle aurait été embauchée comme collaboratrice entre 1995 et 2009, soit une période de 14 ans. Si cette information s'avère être exacte, Michel Mercier devra encore une fois apporter des preuves tangibles du travail réalisé par son épouse. Des révélations qui tombent au même moment que l'adoption définitive de la loi de moralisation, qui devrait une bonne fois pour toutes enterrer ces pratiques.

  • Actuellement 4.5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 4.6/5 (7 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
0 commentaire

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.