Face à la rue, l'extrême droite lyonnaise ouvre ses portes


Par Mathieu Martiniere
Publié le 16/02/2013  à 20:12
11 réactions

Entre 1 800 et 3 000 manifestants se sont mobilisés ce samedi 16 février pour demander la fermeture du local des identitaires dans le Vieux Lyon. Dans le même temps, les identitaires ont organisé une journée portes ouvertes et les nationalistes invitaient l'extrême droite européenne pour un banquet dans les Monts d'Or. Ambiance.

Dès 14 heures, les premiers manifestants envahissent la place des Terreaux. On repère déjà les drapeaux rouges du Front de gauche, du Parti communiste français ou de la CGT. Derrière une banderole "antifascistes", des jeunes en capuches et cagoules noires attirent l'objectif des photographes. En ce samedi 16 février, ils sont 1800 selon la police et 3000 selon les organisateurs, à avoir répondu à l'appel du collectif de vigilance contre l'extrême droite, qui regroupe organisations de gauche et d'extrême gauche.

Tous demandent la fermeture du local des identitaires, "La Traboule", situé au coeur du Vieux Lyon depuis 2010. Pour l'occasion, Katherine Legay, conseillère municipale communiste à Lyon, a revêtu l'écharpe tricolore. "Lyon est en train de devenir un laboratoire de l'extrême droite", déplore l'élue. "Je suis dans le 5e arrondissement, et il y a un climat d'agressions qui s'installe dans le Vieux Lyon à proximité du local des identitaires", ajoute Katherine Legay.

"Fermez le local ! Arrêtez les ratonnades !"

A 15 heures, les manifestants prennent le chemin du Vieux Lyon.  Parmi les slogans, on entend "Fermez le local ! Arrêtez les ratonnades". Sur les quais de Saône, des dizaines de camionnettes de CRS sont alignées, près de 300 policiers ont été mobilisés pour la manifestation. Après les colonnes du Palais de justice, les fumigènes s'allument et les esprits s'échauffent timidement. Car cent mètres plus haut, sur les marches de la montée du Change, une cinquantaine d'identitaires ont sorti les drapeaux lyonnais et haranguent les manifestants. Face à une dizaine de CRS, au milieu entre les deux camps, quelques jeunes antifas, en nombre marginal, ont emporté des battes de base-ball. Mais le cortège repart, bon enfant, jusqu'aux Terreaux. Les chants reprennent : C'est pas les sans-papiers. C'est pas les immigrés. C'est les identitaires qu'il faut virer !"

Au coeur de la Traboule

Au 5, rue montée du Change. Prenant à contre-pied le collectif de vigilance contre l'extrême droite, les identitaires ont organisé une journée portes ouvertes. Dans la Traboule", un local de 80m², une cinquantaine de jeunes boivent des bières dans des gobelets en plastique. Dans la pièce principale, on repère un bar, un punching-ball et des affiches jaunes et noires "génération identitaire", qui rappellent le coup de la mosquée de Poitiers. Dans une deuxième salle, plus petite, est disposé un canapé, un écran plat et une petite bibliothèque. "On fait des soirées et des conférences, comme la prochaine avec Robert Ménard", explique Arnaud Delrieux, l'un des porte-parole des identitaires.

"On a eu une inspection de la préfecture, on n'est dans notre droit", affirme Pierre, autre cadre identitaire, face aux menaces de fermeture de la Traboule. Les identitaires nient toute violence en provenance du local et expliquent n'avoir jamais eu aucuns contrôles de la police. Plusieurs agressions sont pourtant intervenues près de la Traboule entre 2010 et 2012. Après la marche des cochons en 2011, des commerces avaient été saccagés en soirée. "Mais c'est la même chose lors des manifs étudiantes ou de la CGT ! Nous ne sommes pas responsables", se défend un identitaire, non sans ambiguïtés. Presque aucunes filles ne sont présentes à la Traboule en cette journée portes ouvertes, où il est impossible de filmer. "Une autre fois", explique Arnaud Delrieux, qui propose une bière aux journalistes, et invite, tout sourire, les membres du collectif de vigilance à débattre dans le local. "Ils ne sont pas venus. Alors qui sont les plus ouverts ?", s'amuse Pierre.

Alexandre Gabriac : "Solidaire des identitaires"

Dans le même temps, 350 nationalistes, selon les organisateurs, se sont donné rendez-vous dans les Monts d'Or pour le Forum de la nation. Après l'incendie du premier lieu où devait se tenir le banquet nationaliste, à Saint-Germain-au-Mont-d'Or, les organisateurs ont préféré la jouer discret. "C'est quelque part sur Terre, en France, et peut-être en région lyonnaise", s'amuse Yvan Benedetti, président du mouvement pétainiste de l'Oeuvre française, et organisateur de l'évènement. Des nationalistes radicaux de toute l'Europe auraient fait le déplacement : NPD (Allemagne), Casapound (Italie), Genève non conforme (Suisse) ou Phalanges espagnoles (Espagne). Chef des Jeunesses nationalistes, Alexandre Gabriac gardait tout de même un oeil rivé sur Lyon et la manifestation. "Je suis aujourd'hui solidaire des identitaires comme tous les mouvements qui sont persécutés", confie le conseiller régional, exclu du FN pour salut nazi.

  • Actuellement 3.5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 3.6/5 (20 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
11 commentaires

"Lyon est en train de devenir un laboratoire ". C'est partiellement faux. Lyon REDEVIENT un lieu d'agitation de fafs. Déjà, dans les années 80 et début 90, les bandes d'extrême droite semaient la terreur dans le vieux Lyon. Camarades journalistes, expliquez pourquoi la graine immonde ressort des années après.

Signaler un abus | le 17/02/2013  à 09:07 | Posté par  patriceB  

Les élus politique de gauche save et laisse faire ils sont du même avis que l'extrême droite ils dise qu'il sont à gauche car à Lyon il y a beaucoup d'étranger qui vote pour eux c'est pour ça que colomb et toujours maire de Lyon car les étranger on peur de l'extrême droite si elle passe de partout dans notre pays ils se verront rentrer chez eux dans la misère pas bête le socialiste la politique c'est du spectacle . Moi je voudrais que tout français sort dans la rue pour faire un référendum sur l'euro renvoyer tout les roumains cher eux l'extrême droite n'est pour rien c'est les politicien qui laisse faire c'est pas nous qui gérons le pays c'est eux donc tout ce qu'il arrive c'est de leur faute

Signaler un abus | le 17/02/2013  à 17:22 | Posté par  pépito69  

"la Traboule en cette journée portes ouvertes, où il est impossible de filmer."

interdit de filmer...? c'est étonnant pour des gars qui n'ont rien à se reprocher.
la crainte que la caméra saisisse un salut nazi malencontreux sans doute...

Signaler un abus | le 18/02/2013  à 10:23 | Posté par  Tryph  

À tout hasard... À quand un comité de vigilance contre l'extrême gauche ? A moins que tous les extrêmes ne se valent pas... ?

Signaler un abus | le 18/02/2013  à 11:08 | Posté par  Loufoque  

@ tryp:

Les nazis d'aujourd'hui ne sont pas ceux que l'on pense.

Signaler un abus | le 18/02/2013  à 11:30 | Posté par  piombu  

Tous les extrêmes ne se valent pas effectivement.
Comme le dit régulièrement un imminent Professeur de Médecine, la pandémie la plus mortelle pour l'homme est l'extrême droite.
Tout est dit.

Signaler un abus | le 18/02/2013  à 11:39 | Posté par  Tom Hacini  

éminent... bien entendu et non imminent.

Signaler un abus | le 18/02/2013  à 11:43 | Posté par  Tom Hacini  

@piombu:

moi je crois que ceux qui font des saluts nazis en criant des "sieg heil" sont des nazis...

et des comme ça on en voit à chaque manif des identitaire et on en a même vu manifester contre le mariage homo. j'en voit et entend aussi parfois en bas de chez moi, devant un pub du Vieux Lyon

alors les nazis d'aujourd'hui, je crois bien pouvoir les reconnaitre quand je les croise et samedi derniers, y en avait quelques un qui se balladaient avec des parapluies alors que le temps était beau.

Signaler un abus | le 19/02/2013  à 13:39 | Posté par  Tryph  

@ tryph:

"et des comme ça on en voit à chaque manif des identitaire et on en a même vu manifester contre le mariage homo".

Ah bon? et c'est grave, j'espère que c'est pas contagieux au moins?

C'est bizarre, mais moi je ne connais pas d'identitaires qui vendent de la drogue, qui arrachent des sacs, qui agressent des vieilles dames, qui bloquent des rues pour mettre le cul en l'air, qui "niquent" la France, qui incendient chaque année des milliers de voitures (de préférence celle des smicards),

Signaler un abus | le 19/02/2013  à 20:58 | Posté par  piombu  

La seule chose qui nous empêche d’agir c’est que la justice de notre pays s’aplatit devant des sauvages et agit contre son propre peuple. Encore un peu de patience, les changements de société et les révolutions sont toujours venus très brutalement quand on ne s’y attendait pas.

Signaler un abus | le 19/02/2013  à 21:43 | Posté par  piombu  

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.