Queyranne, Muet et Fiterman soutiennent Nathalie Perrin-Gilbert


Par Justin Boche
Publié le 18/05/2017  à 12:14
Réagissez

Dans un communiqué, Nathalie Perrin-Gilbert a annoncé les soutiens de figures locales du socialisme dont Pierre-Alain Muet député sortant de la 2e circonscription du Rhône, Jean-Jack Queyranne, ancien ministre de l'Intérieur et président du conseil régional de Rhône-Alpes et Charles Fiterman ancien ministre des Transports de François Mitterrand. 

Nathalie Perrin-Gilbert et Pierre-Alain Muet député sortant
© tim Douet

Pierre-Alain Muet a choisi de soutenir la candidate aux législatives dans la 2e circonscription parce qu'elle "porte haut l'héritage du socialisme". "Pour garder cette circonscription à gauche, il faut des convictions et du courage, et Nathalie Nathalie Perrin-Gilbert  démontre qu’elle a les deux ; je l’ai vu constamment lors des combats que nous avons menés ensemble, notamment sur les droits fondamentaux, la justice sociale ou le droit d’asile", a-t-il déclaré.

Du côté de Jean-Jack Queyranne, son choix s'est fait parce que la maire du 1er arrondissement "a du tempérament, du courage, de vraies convictions de gauche. Elle refuse les compromissions et agit sans faiblesse. À l’Assemblée nationale, elle fera entendre une parole forte et libre. Son élection à Lyon sera un gage de pluralisme citoyen dont notre ville a bien besoin." Même discours du côté de Charles Fiterman

Des soutiens accueillis avec enthousiasme par Nathalie Perrin-Gilbert qui souhaite prendre l'espace à gauche d'En Marche "des socialistes aux communistes, des militants d’Ensemble! aux mouvements citoyens de gauche". 

  • Actuellement 3 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 3/5 (8 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
0 commentaire

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.