Gaz de schiste : les candidats aux européennes interpellés


Par Ariane Denoyel
Publié le 09/05/2014  à 09:24
1 réaction

Feyzin_Raffinerie3 ()

Signeront-ils ou pas ? Les antennes rhônalpines de deux collectifs, Stop au Gaz et Huiles de schiste, somment les candidats aux élections européennes pour la zone Sud-Est de clarifier leur position sur le gaz de schiste.

Pour ou contre la fracturation hydraulique et les hydrocarbures dits “non conventionnels” ? Dans un communiqué diffusé ce vendredi 9 mai, deux collectifs demandent aux candidats aux élections européennes pour la zone Sud-Est de s'engager notamment à soutenir un moratoire sur "l'utilisation de la fracturation hydraulique pour tous les projets existants et futurs d'exploration et d'exploitation d'hydrocarbures".

Exigences environnementales et lutte contre le lobbying

La déclaration élaborée par les deux collectifs va beaucoup plus loin dans les exigences environnementales, au sens le plus large. Ses signataires devront en effet aussi “rejeter les mécanismes antidémocratiques dans les accords de libre échange et d'investissement (en particulier les accords AECG/CETA et PTCI/TTIP/TAFTA) que les multinationales – dont celles de l'industrie pétrogazière – pourraient utiliser pour remettre en cause les politiques environnementales, sociales et de santé publique”, et accentuer la lutte contre le lobbying à l'échelle communautaire.

 

  • Actuellement 5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 5/5 (1 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
1 commentaire

Bonne initiative, on verra bien les réponses et surtout ceux qui refuseront de répondre...
http://bruitdevert.fr/2014/04/de-leau-dans-le-gaz-de-schiste/

Signaler un abus | le 09/05/2014  à 11:09 | Posté par  bruitdevert  

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.