La CCI cède le musée des Tissus à la région pour l’euro symbolique


Par Justin Boche, Florent Deligia
Publié le 09/10/2017  à 14:40
Réagissez

Le président de la chambre de commerce et d’industrie, Emmanuel Imberton, a annoncé le sauvetage du musée des Tissus lors d’une conférence de presse où seuls Laurent Wauquiez et la droite lyonnaise étaient présents. Ville de Lyon et métropole ont brillé par leur absence, leur solution n’étant pas retenue.

Emmanuel Imberton (président de la CCI), Laurent Wauquiez et Florence Verney-Carron (vice-présidente du conseil régional chargée de la culture – de dos) dans la cour du musée des Tissus, le 9 octobre 2017 © Tim Douet
© Tim Douet
Emmanuel Imberton et Laurent Wauquiez, dans la cour du musée des Tissus, le 9 octobre 2017.

Vendredi, le président de la CCI de Lyon, Emmanuel Imberton, laissait peu de doute sur l'avenir du musée des Tissus : "La dernière réunion prévue par le comité de pilotage pour l’avenir des musées des Tissus et des Arts décoratifs vient de se terminer. Après trois ans de discussions, d’études, d’analyses, de projections, force est de constater que nous avons échoué ; nous ne sommes pas parvenus collectivement à un consensus sur une solution réaliste mais ambitieuse pour l’avenir de ces musées." Emmanuel Imberton s'était donné le week-end pour trancher sur l'avenir du musée.

“La région s’engage sur un million d’euros en fonctionnement”

Ce lundi, lors d'une conférence de presse où seuls Laurent Wauquiez et la droite lyonnaise étaient présents, Emmanuel Imberton a rendu son verdict : le musée sera sauvé avec l'aide de la région. "J'ai beaucoup réfléchi et consulté, a déclaré Emmanuel Imberton, car cette décision est grave et difficile. Ma responsabilité est de trancher. La décision que j'ai prise, je l'ai bien réfléchie. Cette décision n'est pas un coup de balai donné à l'histoire. Le musée est le fruit des efforts des industriels et des soyeux de notre ville. C'est l'ADN de notre ville, qui ne pouvait être balayé d'un revers de la main ou pire, d'un mépris coupable. Je n'ai pas voulu négocier le désossement des collections, qui ne peuvent être cédées au privé. Il fallait aussi un projet ambitieux, tourné vers le XXIe siècle, une volonté d'ouvrir à un public plus large avec un projet innovant. Ce projet, porté depuis huit mois par les partenaires ici présents [le conseil régional et Unitex, NdlR], s'appuie sur une ambition forte d'un point de vue muséal, ainsi que [sur] la création d'un restaurant et d'une boutique éphémère pour équilibrer les comptes. La région s'engage sur une contribution d'un million d'euros en fonctionnement. Je remercie Laurent Wauquiez de prendre pour moitié la part que devait financer la métropole."

Un revers pour la métropole

Emmanuel Imberton a ainsi détaillé le montage : "Sur l'investissement retenu, le montage est le suivant : la CCI cède à l'euro symbolique les bâtiments à la région, qui, accompagnée de l'État, effectuera les travaux nécessaires." La région investira donc 10 millions d'euros, et l'Etat 5 millions. De son côté, Unitex s'est engagé à amorcer un fonds de dotation d’un million d'euros. Ce fonds sera alimenté aussi par financement participatif. Le coût total du sauvetage du musée est estimé à 30 millions d'euros. Il faudra donc encore trouver 14 millions auprès de partenaires privés. C'est un revers cinglant pour la ville et la métropole de Lyon. Le président métropolitain, David Kimelfeld, souhaitait la mise en place d'un projet fort : “Si on met seulement de l’argent pour le sauver provisoirement, on sera peut-être réélu aux prochaines élections, mais on n’aura pas sauvé le musée. Il faut un modèle qui nous survive. Si on ne fait que “sauver le musée” sans projet et en reculant la mort du musée, alors ce sera un aller sans retour” (lire ici). Emmanuel Imberton n'a fait aucun mystère sur l'épilogue de cette affaire qui dure depuis plusieurs mois : "Sans Laurent Wauquiez et la région, le musée aurait fermé."

 

  • Actuellement 3 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 3.1/5 (7 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
0 commentaire

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.