L-A. SAPEY-TRIOMPHE : Valoriser les compétences des personnes autistes


Par La rédaction
Publié le 16/04/2015  à 14:02
Réagissez

Lyon a du talent ! Et pour une fois on ne vous parle pas de chanteurs, de cuisiniers ou d’acrobates. Mercredi 29 avril, ce n’est pas The Voice, Top Chef ou La Nouvelle Star qui débarque à Lyon, mais la deuxième édition française de Ma thèse en 180 secondes. Avant cette grande soirée à l’université de Lyon, dont nous sommes partenaires, vous pourrez découvrir tous les jours en avant-première sur le site de Lyon Capitale l’un des 14 doctorants retenus pour la finale lyonnaise. Leur défi : ils ont 3 minutes pour vous rendre leurs travaux passionnants. Trois minutes pour que des intitulés a priori extrêmement ardus deviennent parfaitement clairs pour vous. Un seul d’entre eux sera retenu pour la finale nationale.

La candidate du jour : Laurie-Anne SAPEY-TRIOMPHE

Laurie-Anne SAPEY-TRIOMPHE ()
©Tim Douet
Laurie-Anne SAPEY-TRIOMPHE ENS Lyon

ENS Lyon jusqu’au master, doctorat dépendant de l’université Lyon 1

Biologie, puis thèse en neurosciences cognitives

Intitulé de sa thèse : Inférence et apprentissage perceptifs dans l’autisme : une approche neurophysiologique et comportementale

Son parcours en 5 dates

2007 : Baccalauréat scientifique en section européenne (mention très bien), suivi de 2 ans de classe préparatoire en biologie (BCPST)

Septembre 2009 : Entrée à l’École normale supérieure (ENS) de Lyon, en licence de biologie

Juin 2012 : Obtention d’un master Enseignement à l’ENS et de l’agrégation de sciences de la vie, de la Terre et de l’univers

Juin 2013 : Obtention d’un master Recherche Biosciences à l’ENS (mention très bien, major de la promotion)

Septembre 2013 à 2016 : Thèse de doctorat en neurosciences cognitives et activités d’enseignement en master à l’ENS

L’objet de sa thèse en 3 lignes

Comment les personnes avec des troubles du spectre de l’autisme (TSA), en particulier avec un syndrome d’Asperger, perçoivent-elles le monde ? Cette thèse de neurosciences cherche à comprendre ces mécanismes de perception en étudiant le comportement et le fonctionnement cérébral de personnes avec TSA.

Pourquoi avoir choisi ce thème ?

“Je suis fascinée depuis longtemps par le fonctionnement du cerveau, et par la manière dont certains troubles cérébraux (comme les TSA) peuvent modifier notre rapport aux autres et au monde. Je trouve les recherches sur les TSA passionnantes et j’aimerais contribuer à ces connaissances afin d’aider au mieux les personnes avec TSA. 1 % de la population est touchée par ce trouble, il y a donc de grands enjeux liés à la compréhension des TSA.”

Pourquoi souhaitiez-vous participer au concours “Ma thèse en 180 secondes” ?

“Je pense qu’il est important de savoir vulgariser la recherche afin qu’elle soit accessible à tous, et j’aime tout particulièrement échanger sur mon sujet de thèse. Je trouve que “Ma thèse en 180 secondes” est un exercice dynamique très formateur et intéressant. J’espère que ma présentation pourra également sensibiliser le public à ce que vivent les personnes avec TSA.”

  • Actuellement 4.5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 4.5/5 (22 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
0 commentaire

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.