Fondation Brigitte Bardot : "l'étourdissement est le minimum du minimum"


Par Florent Deligia
Publié le 04/01/2011  à 13:30
4 réactions

INTERVIEW - Alors que la campagne d'affichage contre l'abattage rituel est désormais lancée à l'échelle nationale. Christophe Marie, porte-parole de la fondation Brigitte Bardot, a accepté de répondre à nos questions. Il rejette toutes accusations d'islamophobie, tout en prêchant pour un étourdissement avant l'abattage rituel.

Lyoncapitale.fr : Après avoir été interdite par l'Autorité de Régulation Professionnelle de la Publicité, la campagne d'affichage contre l'abattage rituel a été autorisée récemment, pourquoi ?

En novembre 2010, on nous a dit qu'il était impossible de s'en prendre à un culte précis et de faire références aux termes halal et casher. Ce n'était pas notre objectif, nous voulions seulement donner une information aux consommateurs sur l'abattage rituel qui se généralise. Nous avons donc retiré ces deux mots de l'affiche pour les remplacer par l'expression "abattage rituel". Cependant, cela nous paraissait moins pertinent et compréhensible pour le grand public.

Le site internet www.abattagerituel.com présente la méthode classique avec des dessins et la méthode rituelle avec des photos, n'y a-t-il pas un problème d'objectivité ?

Au départ, nous avons fait faire des dessins sur les deux systèmes d'abattage. Nous avons gardé un visuel pour représenter "le retournement". En ce qui concerne la photo d'égorgement, nous voulions montrer la manière, mais aussi les problèmes sanitaires que cela soulève. La trachée et l'œsophage sont coupés en intégralité ce qui provoque des déversements de contenu gastrique. Par ailleurs, nous avons réalisé une vidéo dans laquelle il y a des images explicites des deux modes d'abattages.

Certains accusent la campagne d'islamophobie, que leur répondez-vous ?

C'est ridicule! Nous avons fait des actions contre le gavage des oies et des canards, personne ne nous a accusés d'être anti-français. De même, nous ne sommes ni anti-espagnol ou canadien lorsque que nous militons contre les corridas et la chasse au phoque. Cette campagne s'inscrit dans l'historique des combats de Brigitte Bardot qui dès 1962 s'est mobilisée pour l'étourdissement avant abattage. La loi n'a été adoptée qu'en 1974. Nous ne nous attaquons pas à des communautés religieuses, mais à des pratiques cruelles contre les animaux. Il y a une hypocrisie générale où l'on préfère ne rien dire et ne rien faire.

Pourtant Brigitte Bardot est souvent accusée de faire le jeu de l'extrême droite et d'être proche du Front National, cela ne discrédite-t-il pas la campagne ?

Je travaille depuis 20 ans avec Brigitte Bardot et elle a toujours démenti ce genre d'idée tout en s'opposant à tout rapprochement avec ce parti. Ça arrange tout le monde de dire qu'elle a des accointances avec eux, mais c'est totalement faux. La campagne s'inscrit dans une cohérence. Elle mène ce combat depuis 1962 :  on doit éviter toute souffrance à un animal.

Pour le recteur de la mosquée de Lyon, Kamel Kabtane, l'étourdissement avant l'égorgement fait souffrir deux fois l'animal ...

Cela n'est basé sur rien du tout. Il y a beaucoup de rapports scientifiques qui démontrent que les animaux souffrent, cela peut durer jusqu'à 14 minutes pour les bovins. Il y a une différence que personne ne peut nier entre les deux méthodes d'abattage. Nous avions rencontré Dalil Boubakeur, recteur de la Mosquée de Paris. Après étude des textes religieux, il a conclu que rien ne s'oppose à l'abattage rituel après étourdissement si ce dernier ne tue pas l'animal. Par ailleurs, à titre d'exemple, dans sa charte sur le Halal, la mosquée d'Evry ne s'oppose pas à l'étourdissement.

Le problème n'est-il pas industriel au final ?

Effectivement, le vrai problème est l'abattage industriel. Les abattoirs et les spécialistes du secteur ont fait un lobby terrible et veulent généraliser l'abattage rituel pour couvrir tous les marchés. Certaines parties des animaux ne sont pas halal ou casher et sont renvoyées dans le circuit classique sans que le public en soit informé. Il y a une réglementation européenne qui favorise l'information des consommateurs, mais Brice Hortefeux s'y oppose. Nous avons donc porté plainte contre la France pour qu'elle respecte la loi européenne.

Vous militez pour un étiquetage de la viande halal et casher, mais ne serait-il pas plus juste que toutes les méthodes d'abattage soient précisées ?

Nous sommes favorables à l'étiquetage qui mentionne avec ou sans étourdissement, sans préciser les termes halal ou casher. On nous dit que c'est inapplicable et ridicule. On nous a tenu le même discours lorsque nous avons demandé à ce que les boites d'œufs précisent si les poules sont élevées en plein air ou en cage, ce qui est désormais le cas.

Au final, ne faut-il pas aborder un vrai débat sur la consommation de viande ?

Nous devons réduire notre consommation de viande. Ce n'est pas évident. On connait les pratiques des Français qui aiment manger de la viande à tous les repas. Pourtant l'élevage en lui-même pose un vrai problème de rejet de CO2. Nous nous attaquons souvent aux élevages de cochons qui représentent ce qui se fait de pire. D'une manière générale, l'animal est chosifié, maltraité, que ce soit lors de l'élevage, du transport, ou bien encore de l'abattage. L'étourdissement est donc le minimum du minimum.

  • Actuellement 4.5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 4.5/5 (12 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
4 commentaires

En un mot comme en cent, je suis tout comme des millions de Français pour un étourdissement des animaux avant leur abattage, comment peut on encore accepter l'égorgement sans étourdissement, nous sommes en 2011!et plus au moyen âge!Nous ne nous attaquons pas à des communautés religieuses, mais à des pratiques cruelles contre les animaux!
Il faut que l'étiquetage soit explicite et mentionne le mode d'abattage des animaux
Bravo à Crhristophe Maris pour son engagement auprès de Brigitte Bardot et de sa fondation, il fait un énorme travail de sensibilisation

Signaler un abus | le 04/01/2011  à 18:14 | Posté par  animaux  

Merci à Christophe Marie de son initiative d'information du public.
Le consommateur a droit à l'entière transparence quant à l'origine des produits qu'il consomme et je suis très choquée par les campagnes publicitaires (financées en partie par des subventions européennes)diffusées actuellement par l'industrie de la viande, qui exclusivement orientée vers son profit, propage une DESINFORMATION du public absolument inacceptable.

Informons-nous des véritables conditions d'élevage et d'abattage des animaux,
Informons-nous des conséquences catastrophiques de la consommation de viande sur le climat,
Informons-nous sur les bienfaits d'une alimentation végétarienne ou mieux encore végétalienne...et on constate ce que beaucoup redoutent tant: il n'y a AUCUNE RAISON VALABLE DE CONSOMMER DES PRODUITS ANIMAUX !

Signaler un abus | le 05/01/2011  à 01:09 | Posté par  Coryn Weber  

Voici un bon concentré de bêtises qui donne des arguments aussi bien à l'industrie de la viande qu'aux intégristes de tout poil.
Brigitte Bardot n'est pas d'extrême droite, elle est encore pire que cela...
Le problème soulevé par le journaliste est effectivement celui de la consommation de viande et non de l'abattage des animaux. Quel que soit leur mode d'abattage, celle-ci doit être combattue. Si l'on se soucie des animaux, on ne les mange pas. Dans le cas contraire, on s'accommode de notre responsabilité dans la souffrance physique physique comme morale d'un être sensible.

Signaler un abus | le 06/01/2011  à 22:37 | Posté par  Jean.  

ET IL NECESSAIRE DE SACRIFIER UN ANIMAL POUR ADORER SON DIEU?
VEAU VACHE COCHON POULET DINDE.... ET EN PlUS UN MANGE LEURS PETITS

Signaler un abus | le 08/02/2011  à 22:00 | Posté par  Marc ANTOINE  

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.