Pour être informé en temps réel, cliquez ici FIL INFO
samedi 25 octobre 2014

La presse américaine se déchire sur le "off"


Par Rue 89
Imprimer l'article Agrandir la taille du texte Diminuer la taille du texte
Publié le 01/07/2010  à 11:15
Réagissez

Par Zineb Dryef | Rue89

Général McChrystal
La démission du général McChrystal suite à un article de Rolling Stone provoque un débat éthique parmi les journalistes américains.

Le portrait du général McChrystal dans le dernier Rolling Stone n'en finit pas de créer des remous aux Etats-Unis. Après le renvoi du commandant des forces de l'Otan en Afghanistan, le débat porte désormais, dans les médias américains, sur l'éthique du journaliste : doit-il ou non retranscrire des propos qui mettent en danger professionnel son interlocuteur ?

Plusieurs proches du général rapportent que le journaliste de Rolling Stone, Michael Hastings, n'a pas respecté le « off », pourtant parfois explicitement réclamé par ceux qu'il a suivis plusieurs semaines.

La réaction la plus hostile à Michael Hastings, le reporter qui a suivi Stanley McChrystal, est venue de Lara Logan, journaliste à 60 minutes sur CBS.

« Je ne crois pas » Michael Hastings

Sur CNN, la journaliste a accusé le journaliste de mensonges (« Je n'y crois pas ») et a expliqué sa curieuse conception du journalisme. Selon Lara Logan, des règles tacites interdisent aux journalistes de rapporter les éléments embarrassants pour leur interlocuteur : « C'est une question de confiance ».

Elle a également fait observer que « Michael Hastings n'a jamais servi son pays comme l'a fait McChrystal ».

En réponse à cette charge, Matt Taibbi de Rolling Stone a publié un long texte sur le site du magazine. Le titre « Lara Logan, you suck » (« Lara Logan, tu crains »).

« Vous ne travaillez pas pour les gens que vous couvrez ! »

Furieux, il dénonce la connivence entre les journalistes « respectables » et le pouvoir et déplore la pratique du « off » :

« Quant à cette histoire d'“accord tacite”, la raison pour laquelle Lara Logan la défend, c'est parce qu'elle ressemble à peu près à tous les autres journalistes “respectables” de ce pays, comme eux elle souffre de la profonde confusion de ne pas savoir pour qui elle travaille. […]

Je le sais pour avoir couvert des campagnes présidentielles, où on retrouve la même dynamique. Hé, trous du cul : vous ne travaillez pas pour les personnes que vous couvrez ! Bordel, est-ce que ce concept est franchement compliqué à comprendre ? »

Il reproche aux journalistes qui se sont désolidarisés de Rolling Stone d'être à la botte du gouvernement et de trahir le sens même de leur profession :

« Pendant ce temps, les gens qui n'ont pas les ressources nécessaires pour trouver la vérité et l'exposer au public, eux, vos lecteurs, vos téléspectateurs, ceux pour qui vous êtes supposés bosser, eux ne reçoivent pas votre aide.

Que diable faisons-nous en Afghanistan ? Ces effusions de sang et de haine, sont-elles utiles ? Qui sont les gens qui dirigent ce projet, quel est leur programme, et ce programme, est-ce que c'est le même que celui pour lequel on a voté ? »

Considérant que le portait de McChrystal contenait des informations, Amy Davidson, rédactrice en chef au New Yorker, prend elle aussi la défense de Rolling Stone. D'abord parce que l'homme ne fait pas « cavalier seul » mais dirige un commandement enlisé dans un conflit qui s'éternise. Ensuite, parce qu'au-delà du vocabulaire de McChrystal, sa morgue à l'égard de la Maison Blanche et de la France expose aux yeux du monde les difficultés militaires des Etats-Unis en Afghanistan.

Mais de cela, un nombre surprenant de journalistes refusent de parler. De nombreux éditos s'offusquent de la publication des états d'âme du général.

« Des lamentations ordinaires »

Inexpérimenté ! Tel est l'avis de David Brooks, éminent chroniqueur du New York Times, sur son confrère de Rolling Stone. D'après lui, McChrystal, qui faisait un « excellent boulot », a eu le malheur de se plaindre, comme tout un chacun, devant un jeune journaliste inexpérimenté. Ces plaintes (« Kvetching ») n'avaient pas leur place dans un journal. Voilà pourquoi :

« En cinquante ans, ce qui était considéré comme la partie la moins importante du gouvernement est devenue la plus importante. […] McChrystal, comme tout le monde, se lamente. Et ayant apparemment raté les cinquante dernières années de l'histoire culturelle, il l'a fait en “on”, en face d'un journaliste. Et ce journaliste, produit de cette culture de l'exposition, a fait de ses lamentations ordinaires et privées le sujet de son article. »

Michael Hastings, déjà condamné par une partie de la presse, est également accusé d''avoir « pris un général victorieux et rendu impossible pour le Président Obama de le garder ».

Des dommages pour les journalistes

Comme si ce n'était pas suffisant, The Atlantic le charge, l'estimant responsable de la mort annoncée des bonnes relations entre journalistes et militaires. Pour Max Fisher, Rolling Stone, en rompant ce fameux « pacte tacite » entre médias et gouvernants, place l'ensemble de la profession dans une position délicate :

« La démission du commandant des forces armées américaines en Afghanistan est bien mince face aux dommages réels que va causer l'article de Rolling Stone. Si les officiers ont peur des journalistes, ces derniers, comme le public, auront une moindre compréhension de nos deux guerres actuelles. »

Depuis la publication de l'article, Michael Hastings et le directeur de la rédaction, Eric Bates, parcourent les plateaux télé pour rappeler qu'il n'ont trompé personne sur leurs intentions, pas plus qu'ils n'ont eu l'intention de « faire virer » McChrystal.

Stanley McChrystal, comme le reste de son équipe, savait que ses propos seraient repris dans l'article. Le Washington Post a publié la liste des 30 questions envoyées par le « fact checker » (personne chargée de vérifier les informations d'un article) de Rolling Stone à l'équipe du général.

A la dernière question, « est-ce que McCrystal a voté Obama ? », l'officier de presse répond, de façon argumentée :

« Important : merci de ne pas publier cela. C'est une information privée et personnelle sans lien avec son poste. »

Dans l'article de Rolling Stone, Michael Hastings précise pourtant que McChrystal a voté Obama. Le journaliste se défend d'avoir piégé qui que ce soit. Sur Twitter, il raille la « vieille » presse :

« Le conseil de David Brooks aux jeunes journalistes : ne rapportez pas ce que vous voyez ou entendez, vous risquez de mettre le pouvoir en colère. »

Il apporte une autre information importante : ni McChrystal, ni son équipe n'étaient saouls durant les entretiens. Cette explication a souvent été invoquée par les proches du général pour justifier les dérapages verbaux.

Photo : le général McChrystal en conférence de presse à Berlin le 21 avril 2010 (Tobias Schwarz/Reuters)

A lire aussi sur Rue89 et sur Eco89

Ailleurs sur le Web


à lire également
  • Actuellement 0 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 0/5 (0 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !


Vos réactions
0 commentaire

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.

Municipales 2014
boutique LC
LYONCAPITALE SUR LA TOILE
LES DERNIERS COMMENTAIRES
Il est nécessaire de rappeler à ceux qui ne font que japper sans rien comprendre, que ce qui est reproché...
Posté par  Collombitude  le 25/10/2014 13:33

Je suis cette association depuis quelques mois. Elle m'a fait ouvrir les yeux sur beaucoup de choses... Il est appréciable...
Posté par  Julie  le 25/10/2014 00:49

L'Europe financera 40% des 8,5 Mds €, c'est ce que les promoteurs déclarent. Et si c'est le double et ça...
Posté par  Stopolt  le 24/10/2014 19:23

Lui, il est contre le projet depuis le choix de Décines. Avant et surtout quand le stade pouvait être sur...
Posté par  nico-yzfr6  le 24/10/2014 17:42

Rappelons que la vocation 1ère Lyon-Turin, n'est pas de créer de l'emploi mais de mettre 1 million de camions sur...
Posté par  Stopolt  le 24/10/2014 16:37