Grève des éboueurs : ''On se rapproche d'une sortie du conflit''


Par Jéméry El Mlaka
Publié le 28/03/2012  à 18:53
1 réaction

greves des eboueurs Poubelle © TD_0029 ()
© Tim Douet

Mardi soir, a l'issue de leur 15e jour de grève, les éboueurs ont reçu une proposition écrite de la direction du Grand Lyon. Entre autres scenarii, la communauté urbaine leur propose de ne plus travailler les samedis. Une initiative qui répond à l'une de leurs deux revendications et qui pourrait sonner le glas du conflit social, malgré la fermeté du Grand Lyon sur la question de la répartition de la collecte.

Ce mercredi 28 mars à 11 heures, 150 agents du Grand Lyon et leurs représentants syndicaux ont investi la place de la Comédie (Lyon 1er), face à l'hôtel de ville de Lyon. Un moyen pour l'intersyndicale d'invectiver Gérard Collomb et de remonter le moral des troupes. Invitant ''les agents à rester unis face aux propositions écrites du Grand Lyon'', les syndicats mesurent l'essoufflement du mouvement lors de ce 16e jour de conflit.

Mardi soir, les syndicats, ont en effet reçu un courrier de Benoit Quignon, directeur général de la communauté urbaine de Lyon, se proposant ''d'étudier plusieurs scenarii concernant la revendication des syndicats sur les samedis''. Avait été évoquée et refusée par les éboueurs la proposition de 2 samedis chômés par mois, puis de 3 samedis chômés. Finalement, le scenario qui leur convient le plus est celui des 4 samedis chômés. En clair : les agents du public travailleraient dès octobre à l'extérieur de Lyon et de Villeurbanne mais seraient, à terme, en congé tous les samedis, ce qui implique une réorganisation des rondes et donc ''plus de travail la semaine',' selon Michel Sala (CFDT). ''Mais on ne connaît pas les conditions, ni le calendrier de réalisation de ce scénario',' tempère Myriam Camussot (FO).

greves des eboueurs Poubelle © TD_0047 ()

Une proposition qui répond à UNE des revendications des éboueurs

Cette proposition semble avoir fait mouche. En effet, mercredi matin, le Grand Lyon affirmait que 58 des 79 camions de la régie publique sont sortis contre 43 mardi. Un constat partagé par Michel Sala qui estime que ''la majorité des agents sont satisfaits sur la question des initiatives pour lutter contre la pénibilité du travail''. Mais sur la question de la ''réorganisation forcée'' du marché de la collecte, la grève a bien été reconduite, que ce soit dans les dépôts de Gerland ou de Villeurbanne. Pour la CFDT, les choses sont claires : ''environ 35 % des grévistes ont voté pour la reconduction de la grève dans le dépôt de Gerland, mais les autres se sont abstenus. Alors il y a de grandes chances pour que le mouvement cesse prochainement''.

Même son de cloche du côté de Lotfi Ben Khelifa (CFTC) qui participait ce mercredi à l'Assemblée générale au dépôt de Gerland. ''Plus de la moitié des grévistes ont repris le travail'', explique le syndicaliste pour qui ''la proposition d'accorder tous leurs samedis aux éboueurs correspond à ce que les agents demandaient concernant la pénibilité et les conditions de travail''. Pour Laurent (CGT), éboueur à Villeurbanne, ''c'est une avancée, car on n'est pas des machines. Actuellement on ne dispose jamais d'un week-end complet à moins de poser des RTT. Au moins là on pourra avoir une vie de famille''.

"Des retenues sur salaires qui courent jusqu'en mai 2013"

A l'issue d'un vote des agents, demain, jeudi 29 mars, on saura si la grève est reconduite ou non. Selon Myriam Camussot (FO) : ''les 4 samedis de repos sont bien une revendication des éboueurs mais, ce qui pèse sur la grève, c'est surtout les 15 jours éprouvants de conflit et les retenues sur salaire qui courent d'ores et déjà jusqu'à mai 2013''. La grève pourrait donc se terminer sans que les éboueurs n'aient obtenu de changement quant à leur principale revendication : le maintien de Lyon et de Villeurbanne sous le giron de la régie publique.

"La satisfaction n'est pas totale mais les agents n'ont pas fait grève pour rien, car ils ont déjà obtenus des avancées. Même si la grève reste à l'ordre du jour, on se rapproche d'une sortie du conflit',' admet Lotfi Ben Khelifa. Les préavis de grève restent toutefois maintenus pour ce jeudi.

  • Actuellement 5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 5/5 (1 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également
conflit socialgrèveéboueurslyon

Vos réactions
1 commentaire

moi je veut plus travail toute la semaine comme colomb

Signaler un abus | le 28/03/2012  à 23:18 | Posté par  pépito69  

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.