La Suisse, l’autre terrain de jeu des caïds lyonnais


Par Guillaume Lamy
Publié le 10/07/2010  à 07:00
Réagissez

 

Coopération transfrontalière entre gendarmerie française et suisse.

 
Délinquance. Un proverbe suisse dit : “on ne gagne pas beaucoup à courir le monde”. Pas de bol : les gangsters du 6-9 pensent tout le contraire. Et ils semblent avoir raison. Pour le moment.

“Des grosses fortunes, des voitures de luxe, beaucoup de richesses dans la rue et les magasins, le tout avec plus de cent chemins de fuite vers la France et seulement trois postes de douane contrôlés vingt-quatre heures sur vingt-quatre. Avouez que c’est particulier”. La photographie est signée Monica Bonfanti, chef de la police genevoise*. Genève, un véritable pays de Cocagne pour les voyous lyonnais qui n’hésitent plus à se déplacer pour “faire leurs courses”. Les délinquants viennent là où il y a de l’argent et, pour le coup, Genève agit comme un véritable aimant. 1h30 à vitesse normale, une demi-heure pied au plancher dans une grosse cylindrée.

Touristes du crime

Le phénomène n’est pas nouveau. En mai 2000, le Conseil fédéral écrivait noir sur blanc que “la proximité de Lyon est un élément négatif. Nombre de bandes de jeunes, de délinquants et de voleurs de voitures proviennent du milieu de ces villes et viennent en Suisse en touristes du crime”. L’affaire du jeune homme de Vaulx-en-Velin, récemment abattu par des policiers helvétiques alors qu’il forçait un barrage à bord d’une Audi S4 volée dans le canton de Fribourg, fait fortement penser à cette description. “Des raids de petites frappes de banlieue qui agissent pour le compte d’équipes de plus gros malfaiteurs qui leur commandent des grosses cylindrées pour monter sur des braquages ou faire des go-fast”. Un exemple parmi tant d’autres : la filière lyonnaise tombée en septembre 2004. Des voitures étaient volées par car-jacking dans le quartier genevois de Champel avant de descendre au soleil espagnol et de remonter à 250 km/h bourrées de 400 à 600 kilos de cannabis. Et il n’est pas rare de voir de grosses berlines suisses sur des braquages de l’agglomération. Outre l’Audi S4 de l’affaire vaudaise, deux grosses Volkswagen étaient volées. La veille, deux Mercedes S500, une Porsche Boxter et une Volkswagen Phaeton étaient dérobées, toujours dans le canton de Fribourg.

“La voiture, outil n°1 de la criminalité”

Pour Jérôme Pierrat, journaliste indépendant, considéré comme l’un des meilleurs spécialistes de la grande criminalité française : “les voyous sont de grands consommateurs de voitures. C’est l’outil numéro un de la criminalité, et cela depuis le vol à main armée de la Société générale en décembre 1910 par la bande à Bonnot... Un jour, un jeune voleur de voiture sur commande m’a dit : “il leur faut des grosses cylindrées assez grandes pour semer les condés et pour charger le matériel, les armes et le butin ou alors pour transporter le "teuch" en grosse quantité””. Parole d’expert.
Et des équipes spécialisées, suffisamment solides et organisées, qui passent commande de grosses cylindrées, il y en aurait quelque unes, selon la PJ lyonnaise. “Le phénomène prend de l’ampleur, ne peut que constater Patrick Puhl, porte-parole de la police genevoise. “Et c’est de plus en plus violent. Pour autant, on n’a pas de cellule anti-Lyonnais”. En attendant, les polices locales sont sur les dents.
* Le Matin, 14 février 2010
--------------------------------------------------------------------------------------

Des raids de délinquants lyonnais

• 3 octobre 2009

Au petit matin, à Collex Bossy, dans le canton de Genève, une patrouille de la police tombe nez à nez sur trois personnes en plein “brigandage” (braquage) d’un centre de poste. Armés de fusil, des coups de feu sont échangés. Une course poursuite à grande vitesse s’ensuit à travers plusieurs villages de la région. Les fuyards sont finalement arrêtés quelques kilomètres plus loin. Tous sont originaires de l’agglomération lyonnaise. Ils sont âgés de 21 à 24 ans.

•25 janvier 2010

Satigny, commune de 3 000 habitants à
160 km de Lyon, dont les 3/4 se font par autoroute. Trois garçons de 21 à 25 ans, accompagnés par une jeune fille, se font interpeller alors qu’ils braquent l’une des offices postales. Les trois larrons étaient venus de Lyon spécialement pour l’occasion.

• 17 avril 2010

À Chiètres, petite ville du Plateau romand, dans le canton de Fribourg, deux Mercedes S500, une Porsche Boxster et une Volkswagen Phaeton sont dérobées dans un garage de Rizenbach. Certains de ces véhicules, en partie accidentés, sont retrouvés dans le secteur de Bellegarde-sur-Valserine, dans l’Ain. D’après le quotidien 24 Heures, les voleurs sont les mêmes que ceux qui ont subtilisé les berlines le lendemain. Les plaques bernoises volées ont été apposées le lendemain sur trois autres sportives de luxe non immatriculées exposées chez un concessionnaire de Lyss.

• 18 avril 2010

Canton de Fribourg, 3 heures du matin. Umüt, 18 ans, de Vaulx-en-Velin est abattu par la police genevoise d’une balle dans la tête. L’homme était passager d’une Audi S4 de 333 chevaux, volée quelques heures plus tôt dans un garage situé sur la commune de Lyss, dans le canton de Berne, à moins de quarante kilomètres de distance. Deux autres voitures Volkswagen, un Touareg et une Phaeton, sont également signalées volées. Un imposant dispositif de surveillance est mis en place par les polices fribourgeoise et genevoise, dont un barrage avec herse. À la sortie du tunnel de l’autoroute A1, vers la commune de Lully, l’Audi S4, lancée à toute vitesse, certains annoncent 260 km/h, aurait tenté de forcer un autre barrage. Sept coups de feu ont été tirés. Le passager est mortellement touché, à travers le pare-brise. Le conducteur, lui aussi originaire de Vaulx-en-Velin, est arrêté. Les deux autres véhicules sont retrouvés, moteur encore allumé, en bord d’autoroute, quelques kilomètres avant. Les fuyards ont pris la fuite à travers champs.

REPERES

Selon la société assurances Allianz*, les voitures les plus prisées par les voyous en Suisse sont les Audi et les BMW (8,7% des vols), suivent les Opel, les Ford et les Mercedes.
En Suisse, 22 voitures sont volées par jour (11 à Genève, Volkswagen en tête).
* La perte annuelle pour les assureurs est de l’ordre de 100 millions de francs suisses par an (705 000 euros), soit un déficit journalier de plus de 274 000 francs suisses (193 000 euros).

--------------------------------------------------------------------------------------

Jérôme Pierrat,

journaliste spécialisé dans le grand banditisme

Lyon Capitale : À quoi servent les berlines volées en Suisse ?
Jérôme Pierrat : À 95%, c’est de la commande pour des gros voyous professionnels, le reste, ce sont des petites frappes qui font du car-jacking ou du home-jacking à leur compte. Pour les commandes, soit il s’agit de modèles très précis, des grosses cylindrées qui serviront pour les go-fast (remontée à grande vitesse de stups, via l’Espagne, NDRL), soit il s’agit de modèles passe-partout pour les braquages de petits magasins, de hi-fi, des bijouteries.

Combien rapporte une voiture volée ?
Pour un casse-bélier, il faut compter entre 2000 et 3 000 euros, pour une commande spéciale, qui servira à un go-fast, je prends l’exemple d’une Citroën Break V6, c’est 6-7 000 euros. Après, sur de la grosse Mercedes ou de la grosse Audi, ça peut monter plus cher.

Quel profil ont les voleurs de voiture ?

Les personnes qui volent ce genre de voitures ne sont pas des “mickeys”: ce sont des hommes de confiance et ultra expérimentés. Une Audi S4, ça ne se pique pas en reliant deux fils sous le volant... Sans compter qu’il faut savoir piloter, 344 chevaux sous le capot, il faut les maîtriser ! J’ai préparé un film sur le grand banditisme dans les cités. Je suis parti, caméra embarquée, avec des voleurs professionnels de la région parisienne qui étaient sur une commande de go-fast. Dans la nuit, ils ont tapé une Audi RS6, le compteur était à 295 ! À mon avis, le type de Vaulx-en-Velin qui a pris une balle, avec une Audi S4, il devait avoir une bonne cote comme on dit. En gros, c’était pour des stups.

Propos recueillis par GL

  • Actuellement 4.5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 4.6/5 (10 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
0 commentaire

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.