Lyon : la sécurisation de la rue de la République bientôt renforcée


Par Morgane Nicolas
Publié le 01/09/2017  à 11:26
4 réactions

Face au constat d’un manque de sécurisation des zones piétonnières en Presqu’île, la métropole de Lyon envisage la mise en place d’un nouveau dispositif destiné à empêcher les attaques au camion-bélier.

Lyon – Rue de la République © Tim Douet
© Tim Douet
Lyon – La rue de la République.

Peu de temps après les attentats de Barcelone, Lyon Capitale constatait qu'aucun dispositif n'empêchait l'accès à la rue de la République, notamment pour une voiture-bélier. Quelques jours plus tard, la mairie nous répond et le ton a changé. Consciente de l’omniprésence d’un risque d’attentat, la Ville de Lyon est "extrêmement attentive aux questions de sécurité", nous assure Jean-Yves Sécheresse, l'adjoint au maire chargé de la sécurité. Plusieurs sites sont d’ailleurs sécurisés. C’est le cas des berges du Rhône, dont la sécurité a été revue cet été, ainsi que de la halle Tony-Garnier, dont le pourtour devrait être jalonné de blocs de béton. En revanche, des artères comme la rue de la République ou la rue Victor-Hugo gagneraient à voir leur sécurité renforcée. Ces zones piétonnières hautement fréquentées posent "véritablement problème puisque l’on ne peut bloquer leur accès". Un casse-tête que la métropole tente tant bien que mal de résoudre.

Des blocs de béton en guise de ralentisseurs

Il semblerait qu’une solution provisoire ait été trouvée ce lundi : "Nous envisageons de “séquencer” la rue Victor-Hugo par des plots en béton", nous a confié Jean-Yves Sécheresse. En quoi ces plots diffèrent-ils des bornes et autres blocs de béton que l’on peut déjà apercevoir à d’autres endroits ? "Il s’agit de plots qui, en étant savamment décalés, obligeront les véhicules à ralentir lorsqu’ils voudront s’engager dans la rue", répond l’adjoint au maire. Le même système devrait être adopté pour la rue de la République. Concernant les rues adjacentes, "il s’agirait d’empêcher les véhicules de tourner en les contraignant à aller tout droit". Bien qu’il s’agisse pour le moment d’une solution temporaire, la Ville espère "trouver du provisoire qui puisse durer".

 

  • Actuellement 4 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 4/5 (4 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
4 commentaires

Je me pose la question de savoir si il est raisonnable de parler de cela dans un média et de donner des infos de dernière minute à des abrutis pour s'engouffré dans la faille actuelle ? Se n'est pas un reproche envers Lyon Capitale mais la soit disant liberté d'informer des médias occidentaux a bon dos. Raisonnable de citer à chaque fois le nom de "daech" dans leur revendication dont d'ailleurs ils sont incapable de prouver ?. C'est un peu de la PUB gratuite pour ces dégénérés. Les médias devraient eux même provoquer une censure afin que leur nom ne soit plus cité et là se serait désastreux pour l'image de daech . A moins que les "grands" banquiers détenant le pouvoir mondial et les médias ont leurs raisons.....

Signaler un abus | le 01/09/2017  à 11:33 | Posté par  1960CANUT  

Plus d'un an après Nice, il est temps !

Signaler un abus | le 01/09/2017  à 11:35 | Posté par  romu002  

@1960CANUT, croyez-vous sérieusement que ces tarés, d'un lisent Lyoncapitale, et de deux qu'ils ont attendu un article pour s'apercevoir de cela?

Signaler un abus | le 01/09/2017  à 11:51 | Posté par  GaeLyon  

Bonjour GaeLyon , j'espère de tout mon cœur que vous avez raison. Mais un média peut se lire de partout et donner des idées à une personne qui en manquait ...... La question est surtout de savoir si on doit toujours communiquer sur ces questions en sachant que quelque part c'est déjà leur faire de la PUB ?

Signaler un abus | le 01/09/2017  à 12:26 | Posté par  1960CANUT  

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.