Harcèlement moral : Fulchiron, témoin assisté


Publié le 10/01/2013  à 19:38
Réagissez

 Hugues Fulchiron, l'ex-président de l'université Jean Moulin Lyon 3, ne souhaite faire aucune déclaration. Mais il doit pousser un soupir de soulagement. Il est ressorti, ce jeudi soir, du bureau du juge d'instruction sous le statut de "témoin assisté".

Poursuivi pour harcèlement moral, suite à quatre plaintes déposées en janvier 2011, notamment par l'ancienne directrice générale des services qui avait été mise à l'écart, il a fait l'objet d'un interrogatoire de plusieurs heures, cet après-midi, par le juge Nadau, doyen des juges d'instruction au tribunal de grande instance de Lyon.

Ce régime de "témoin assisté" éloigne la possibilité d'un renvoi devant le tribunal correctionnel, même si le juge peut néanmoins le transformer en une mise en examen si de nouvelles pièces sont apportées au dossier.

Selon son avocat, Me Jean-Félix Luciani, "il ne risque pas d'être mis en examen car il n'y a aucune infraction pénale". "Il n'existe pas d'indices graves ou concordants qui permettent de mettre en cause mon client", ajoute Me Luciani. Pour l'instant, aucune autre convocation n'a été programmée.

E.S

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

Vos réactions
0 commentaire

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.