Région : un emploi sur quatre est un cadre à Lyon et Grenoble


Par Romane Guigue
Publié le 26/12/2017  à 14:00
Réagissez

Auvergne-Rhône-Alpes plus dynamique que la moyenne en France ? Selon une étude de l’Insee, en trente ans la région montre une croissance d’emplois de 25 %, alors que la moyenne française est de 21 %. L’étude révèle aussi les changements économiques et sociaux régionaux.

Changements économiques et sociaux des emplois de la région en trente ans (graphique) © Insee Auvergne-Rhône-Alpes
© Insee Auvergne-Rhône-Alpes
Changements économiques et sociaux des emplois de la région en 30 ans.

Oui, la grande région Auvergne-Rhône-Alpes a été très bonne élève au cours des trente dernières années. Alors que la moyenne de la France métropolitaine en termes de croissance d'emploi est de 21 %, l'Insee Auvergne-Rhône-Alpes annonce fièrement que la région a connu sur cette période une croissance de 25 %. Cette croissance a été accompagnée par plusieurs modifications sociales. La part de cadres a presque été multipliée par trois. Ils représentent dans la région 16,3 % des emplois. Les statistiques montrent que le phénomène est surtout dû au développement des deux grands pôles urbains que sont Lyon et Grenoble, où un emploi sur quatre est un cadre. D'après l'Insee, les personnes occupant des postes de cadre sont surtout ingénieurs d'études ou de recherche, cadres administratifs dans le domaine privé ou public ou encore cadres de santé.

Ouvriers non qualifiés : des disparités

Sur l'ensemble de la France métropolitaine, le taux d'ouvriers non qualifiés a diminué de près de 50 %. Le phénomène est accentué dans les centres-ville (-57 %), et pour cause : les entreprises ont désormais tendance à s'implanter dans les banlieues ou zones péri-urbaines. En revanche, certains pôles industriels comptent toujours une forte concentration d'ouvriers non qualifiés, comme Oyonnax, Bourg-en-Bresse, Mâcon, Annonay, Cluses ou Ambert.

En périphérie, plus d’emplois non qualifiés

À l'inverse, certaines zones sont plus concernées par l'augmentation du nombre d'emplois non qualifiés. Dans le secteur Genève-Annemasse par exemple, ils représentent 17 % des emplois. Parallèlement, les zones à proximité des montagnes comptent une majorité d'emplois touristiques, donc non qualifiés. Sur l'ensemble de la région, en 2014, les emplois non qualifiés représentaient 12,4 % de la totalité des emplois, alors qu'on n'en comptait que 7,5 % en 1982.

 

  • Actuellement 5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 5/5 (1 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
0 commentaire

(Mentions légales, cliquez-ici)
Mot de passe oublié ?