Lyon : l’interdiction d’une manifestation "anticapitaliste" contestée


Par Lucas Larcher
Publié le 14/12/2017  à 18:03
1 réaction

Une manifestation antifasciste et anticapitaliste se préparait à Lyon dimanche 17 décembre. Elle a été interdite aujourd’hui par la préfecture pour causes de sécurité, une décision que les manifestants ont bien l’intention de braver.

Les manifestants ont occupé la place place Stalingrad
©Grégor Clauss
Les manifestants ont occupé la place place Stalingrad

La manifestation « contre le capitalisme et l’extrême-droite », menée par le Groupe Antifasciste Lyon et Environs (GALE) n’aura pas lieu. Le groupuscule d’extrême-gauche s’est vu interdire ce rassemblement par la préfecture du Rhône. Trois raisons principales sont avancées pour justifier cette décision.

Le premier concerne les risques d’escalades entres groupes extrémistes, bien que le GALE assure que la manifestation se déroulera de manière pacifique. La préfecture craint l’organisation d’une contre-manifestation, notamment par le groupuscule d’extrême-droite Groupe Union Défense (GUD) Lyon, rival du GALE. Prévenir les affrontements violents entre ces deux groupes mobiliserait un important dispositif policier, comme par le passé. Or, ce dimanche, les agents de police auront déjà fort à faire.

L’ouverture dominicale des commerces en période de fêtes hivernales débute cette semaine. La forte affluence attendue dans les rues de la ville va nécessiter le déploiement des forces de l’ordre, dans le cadre de la prévention contre la menace terroriste, selon la préfecture. Troisième et dernière justification, le match de football entre l’Olympique Lyonnais et l’Olympique de Marseille, cause importante d’affluence et de tensions entre supporters.

Pour le GALE, cette décision n’est qu’une preuve de plus du recul de la liberté d’expression en France sous « l’Etat d’urgence ». Après l’interdiction officielle de cette manifestation, le groupuscule a appelé ses membres à braver l’interdiction et à manifester quand même. Tandis qu’au cabinet du préfet, on se dit prêt à faire « respecter le droit ».

  • Actuellement 5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 5/5 (3 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
1 commentaire

Le commerce est plus important que la liberté d'expression. Il n'y a rien d'étonnant à cela dans un système monétaire.
Par contre, c'est encore étonnant que certains croient changer la face du monde en manifestant alors que pour réduire à néant tout le merdier actuel, il suffit de ne plus utiliser de monnaie et de construire la civilisation de l'accès...

Signaler un abus | le 15/12/2017  à 10:47 | Posté par  Abolition_de_la_monnaie  
(Mentions légales, cliquez-ici)
Mot de passe oublié ?