Pédophilie : mise en examen d’un prêtre au Puy-en-Velay


Par Moran Kerinec
Publié le 09/09/2017  à 16:26
Réagissez

Suite aux révélations de l'émission Cash Investigation sur les prêtres pédophiles opérant au sein de l’Église, un ecclésiastique de 74 ans a été mis en examen par les autorités ce jeudi au Puy-en-Velay.

église Bon Pasteur ()
Google Map

Un prêtre âgé de 74 ans a été mis en examen pour viol sur mineur ce jeudi 7 septembre au Puy-en-Velay (Haute-Loire), avant d’être remis en liberté sous contrôle judiciaire. L’homme d’Église est soupçonné d’actes pédophiles envers quarante enfants lorsqu'il exerçait en Guinée sa fonction de directeur de l’école Sainte-Marie d’Ixen.

Cette arrestation révélée par Le Parisien fait suite à la diffusion en mars dernier de l’émission Cash Investigation d’Élise Lucet. Le prêtre avait avoué en caméra cachée avoir entretenu des relations sexuelles avec un adolescent guinéen. Selon Le Parisien, l’homme serait, au cours de son interrogatoire, “passé aux aveux en tentant de minimiser la portée pénale de ses actes”. Les faits remonteraient à 2003 : avertie par le jeune homme, l’Église aurait rapatrié le prêtre pour le placer dans un monastère à Espaly afin de “protéger les victimes de ses agissements”. Comme le révèle le documentaire, le prêtre, qui était également entraîneur de l’équipe de football, aurait profité de sa position pour abuser d'enfants âgés de 12 à 14 ans. Il leur aurait par la suite envoyé de l’argent par mandat cash, “une manière de dédommager ses victimes et de soulager sa mauvaise conscience”.

La pratique d’éloigner un prêtre soupçonné de comportement déviant n’est pas inédite, cf. la carte des affaires pédophiles dans l’Église de France publiée par Le Lanceur pour recenser les affaires judiciaires sur le territoire hexagonal et outre-marin.

 

  • Actuellement 5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 5/5 (3 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
0 commentaire

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.