“Il y a une compatibilité totale entre l’État de droit et l’islam”


Par Justin Boche
Publié le 10/02/2017  à 15:25
3 réactions

L’avocat lyonnais Gilles Devers, spécialiste du droit et de l’islam, est l’invité de L’Autre Direct.

Gilles Devers
© Lyon Capitale
Gilles Devers

Alors qu'a lieu ce samedi 11 février à l'Institut français de civilisation musulmane, un colloque sur le thème "Quelle(s) identité(s), quel(s) dialogue(s) pour l'Islam de France", Gilles Devers est l'invité de L'Autre Direct. Avocat de Kamel Kabtane et de la grande mosquée de Lyon, il est spécialiste de la question du droit et de l'islam et a cosigné Le droit et l'islam en France aux éditions Dalloz avec Chems-Eddine Hafiz.

Le colloque à la grande mosquée de Lyon a lieu ce samedi de 9h à 13h.
Retrouvez l'interview de Gilles Devers dans la vidéo ci-dessous.
  • Actuellement 3 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 3.2/5 (13 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également
Gilles DeversIslamdroit

Vos réactions
3 commentaires

Comme l'Eglise catholique, l'Islam doit d'abord faire son aggiornamento et supprimer du Coran tout passage qui contrarie les valeurs de la République!
Et il y en a pas mal!

Signaler un abus | le 11/02/2017  à 09:13 | Posté par  Jean Jaurès  

Comme l'Eglise catholique, l'Islam doit d'abord faire son aggiornamento et supprimer du Coran tout passage qui contrarie les valeurs de la République!
Et il y en a pas mal!

Signaler un abus | le 11/02/2017  à 09:13 | Posté par  Jean Jaurès  

État et religion n'ont pas à être compatibles ., ils sont séparés depuis 1905, les religions doivent se tenir dans un comportement de réserve qui n’empiète ni ne commente les lois de la République.

Signaler un abus | le 11/02/2017  à 16:40 | Posté par  Robes Pierre  

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.