Les indiscrétions de la rédaction


Par Anne-Caroline Jambaud
Publié le 08/04/2007  à 10:51
Réagissez

Les indiscrétions de la rédaction

Humeur Mariton, un ex-millioniste ministre Le départ de Nicolas Sarkozy du ministère de l'Intérieur a profité, par ricochets, à un élu rhônalpin, Hervé Mariton, nommé ministre de l'Outre-mer en remplacement de François Baroin.

Elu député de la Drôme en 1993 et 2002, maire de Crest depuis 2002, Hervé Mariton, 47 ans, a aussi été conseiller régional de Rhône-Alpes de 1986 à 2002, où il a laissé un cuisant souvenir. En 1998, il a fait partie - comme 57 autres élus de sa majorité - de ceux qui ont mêlé leur voix avec celles des élus frontistes pour permettre à Charles Millon de conserver la présidence. Mais surtout, toute honte bue, cet esprit qu'on dit "brillant", polytechnicien diplômé de Sciences Po Paris, avait abdiqué devant le Front national pour obtenir une vice-présidence (Culture et enseignement supérieur) à la Région. Sur injonction de Bruno Gollnisch, Hervé Mariton avait renié publiquement des propos qu'il avait tenus par le passé. "Non le Front-national n'est pas un parti xénophobe et raciste" avait-il soufflé piteusement à la tribune de Charbonnières pour gagner les suffrages du FN.
Membre du comité exécutif de l'UMP depuis 2005, Hervé Mariton était devenu un fervent lieutenant de Dominique de Villepin, toujours prompt à happer les caméras et les micros dans les couloirs de l'Assemblée nationale pour défendre son champion et contrer les sarkozystes... Aujourd'hui, il obtient un portefeuille ministériel et fait partie des derniers ralliés à Sarkozy. Dernier des millonistes, dernier des villepinistes, mais pas dernier des opportunistes...


Les indiscrétions politiques

Phénomène
Henry Chabert affirme que sur les marchés, il rencontre beaucoup de gens qui veulent aller voir Sarkozy, sans être pourtant complètement convaincus. "Pour une grand-messe de ce genre, attirer au-delà de ses supporters, c'est un phénomène nouveau" affirme-t-il.

L'UMP s'inquiète pour Ségolène
Et si Ségolène Royal était éliminée au premier tour ? L'hypothèse ne réjouit pas l'UMP Lyonnaise, bien au contraire. Une militante confie : "Je suis pour un PS fort, j'espère que tout se passera bien pour madame Royal. Si elle n'est pas qualifiée, j'en voudrai beaucoup au PS qui, collectivement, n'a pas su se réformer depuis 2002." Est-ce la peur d'affronter Bayrou au second tour ? "Non, Bayrou on ne connaît pas son programme, pas de danger. Mais si au 2e tour, il n'y a pas de réel choix, que c'est comme en 2002, la nouvelle majorité n'aura pas les moyens de mener sa politique" ajoute-t-elle. En gros à l'UMP, c'est "Tiens le coup Ségolène !"

Découvrez pour qui voter
Vous vous tâtez encore ? Vous ne savez plus ou vous en êtes ? Des Lyonnais ont concocté pour vous "MonVoteamoi" conçu sur le modèle du "StemWijzer", le test de préférence politique le plus populaire crée par l'IPP (l'Institut néerlandais pour la Participation Politique). Cliquez donc www.monvoteamoi.fr et découvrez pour qui voter... pour rester fidèle à vos idées.

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email
HenryChabertStemWijzerIPPSarkozySégolèneRoyalPSBayrouUMP

Vos réactions
0 commentaire

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.