Givors : enseignants en grève après l'explosion de la bombe artisanale


Par Romane Guigue
Publié le 16/11/2017  à 12:06
Réagissez

Vendredi dernier, un surveillant de l'établissement Paul Vallon à Givors, était brûlé par une bombe artisanale fabriquée par trois collégiens. Le surveillant a reçu une ITT de trois jours, et les adolescents de 13 et 15 ans comparaissaient devant le juge le 11 novembre.

Le collège Paul Vallon à Givors
Capture d'écran Google Street View
Le collège Paul Vallon à Givors

Pour annuler leur cours d'EPS, trois élèves du collège Paul Vallon à Givors ont fabriqué une bombe. Ils ont versé de l'aluminium dans une bouteille en plastique contenant de l'acide chlorhydrique, avant de la lancer dans la cour. C'est d'abord une élève de 6e qui la ramassée, avant qu'un surveillant ne s'en empare. La bouteille lui a explosé dans les mains, et si la détonation était très impressionnante, c'est le liquide contenu dans la bouteille qui a blessé le surveillant, lui infligeant une brûlure au second degré sur la cuisse.

Escalade de la violence

Cet incident particulièrement choquant pour le corps pédagogique et les élèves n'est pas le premier en son genre selon une enseignante du collège. En juin dernier, des élèves ont fait exploser des pétards dans la cour de l'établissement, provoquant une panique générale. La semaine dernière également, l'alarme incendie a été déclenchée par un élève. Dans l'inquiétude de la situation, un élève de 3e a perdu un bout de doigt. Régulièrement, les surveillants sont blessés alors qu'ils essaient de séparer des bagarres. Dans le collège Paul Vallon, les événements de violence se multiplient et inquiètent le corps pédagogique qui affirme être en sous-effectif. Dans une lettre, ils demandaient cet été à la rectrice de l'académie de Lyon, Françoise Moulin Civil, l'ouverture d'un poste et demi d'assistant d'éducation et d'un demi poste de CPE, ainsi qu'un classement de l'établissement en réseau éducation prioritaire (REP). Une lettre restée sans réponse depuis le 20 juin 2017.

L'académie passive

L'inquiétude et le climat d'angoisse qui s'installent dans l'établissement Paul Vallon est tel que des parents commencent à retirer leurs enfants du collège. Alors qu'ils étaient sans réponses, l'équipe pédagogique du collège Paul Vallon a finalement reçu la visite de l'inspecteur académique adjoint, qui leur annonçait que seul un demi poste d'assistant d'éducation serait ouvert. Pour dénoncer leurs conditions de travail, les enseignants ont déposé un prévis de grève reconductible. Ce jeudi matin, ils appelaient au rassemblement devant le collège pour se faire entendre.

 

  • Actuellement 5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 5/5 (5 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
0 commentaire

(Mentions légales, cliquez-ici)
Mot de passe oublié ?