Un Lyonnais défenseur de Cuba dans Vivement Dimanche


Par Cléo Schweyer
Publié le 25/10/2015  à 11:30
Réagissez

Patrick Bertrand est invité chez Michel Drucker par l’humoriste Laurent Gerra, pour présenter SoLyCuba, l’association qu’il a créée en 2013.

Patrick Bertrand devant l'orphelinat de Cotorro, à Cuba

"J'avais l'image d'un Cuba de carte postale : le sable blanc, les cocotiers... Découvrir le quotidien des Cubains a été un vrai choc", se souvient Patrick Bertrand. Comme beaucoup de touristes, ce Lyonnais amoureux des voyages a choisi Cuba pour ses vacances. C'était en 2013 et le régime de Raúl Castro avait un peu assoupli ses règles très strictes en matière d'échanges avec l'étranger.

"J'ai réalisé que les Cubains réinventent la survie chaque matin : un instituteur ou un médecin gagne une vingtaine de dollars par mois, quand un kilo de poulet coûte 4 dollars...", raconte Patrick Bertrand. À son retour, il fonde SoLyCuba (Solidarité Lyon Cuba). L'association revendique aujourd'hui "un peu plus de 240 adhérents pour 100 000 euros distribués."

Soutien précieux de la nièce de Fidel

SoLyCuba bénéficie sur place d'un soutien de choix : Mariela Castro, nièce "chouchoute" de Fidel Castro et fille du président. La pétulante députée dirige à La Havane le Centre national pour l'éducation sexuelle et s'implique dans de nombreuses problématiques de santé publique. SoLyCuba, de son côté, vient en aide (médicaments, produits d'hygiène) à des centaines de personnes âgées à travers un foyer pour sans-abri dirigé par des religieuses franciscaines : ce point d'appui a permis à Patrick Bertrand d'obtenir un rendez-vous avec Mariela Castro après un an de démarches diplomatiques diverses.

La patience a payé : SoLyCuba est aujourd'hui, d'après son fondateur, la seule association française reconnue par le régime castriste. Un statut qui lui permet de faire entrer sur l'île plus d'une tonne de médicaments et de matériel médical par an, à destination du foyer de sans-abri mais aussi de deux orphelinats. En passant par des structures anciennes et dirigées par des religieuses, SoLyCuba s'assure la confiance du gouvernement cubain, qui contrôle le contenu de chaque cargaison et l'usage qui en est fait.

C'est aussi pour l'association un moyen d'éviter les mauvaises surprises : "Lors d'un de nos premiers voyages, nous avions donné deux sacs de médicaments à des médecins, raconte Patrick Bertrand. Nous avons envoyé des amis les consulter le lendemain, et les médecins ont essayé de leur vendre les médicaments en question... Les conditions de vie sont tellement dures que tout devient objet de marché noir."

Fort de ses bonnes relations avec les autorités, Patrick Bertrand était le seul responsable associatif invité par François Hollande lors de son déplacement dans l'île en mai 2015.

Laurent Gerra parrain de l’association en 2016

En France, SoLyCuba s'est trouvé un autre parrain, l'humoriste Laurent Gerra. Les deux hommes se connaissent depuis l'enfance : leurs grand-pères ont été prisonniers de guerre dans le même camp allemand et se sont évadés ensemble en creusant un tunnel sous les barbelés. Une histoire rocambolesque racontée par Laurent Gerra dans Cette année les pommes sont rouges, un livre hommage à son grand-père sorti en 2015. C'est donc assez naturellement que l'humoriste s'est intéressé à l'association de Patrick Bertrand.

Un voyage à Cuba ensemble est prévu pour cette année, avec l'officialisation du parrainage de l'association en 2016. En attendant, le fondateur de SoLyCuba assure avoir cessé ses activités professionnelles pour se consacrer à plein temps à l'association et à sa passion pour Cuba, où il se rend toutes les six semaines.

 

  • Actuellement 5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 5/5 (2 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
0 commentaire

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.