Pour être informé en temps réel, cliquez ici FIL INFO
dimanche 21 septembre 2014

Senderens casse la baraque au Mama Shelter


Par Guillaume Lamy
Imprimer l'article Agrandir la taille du texte Diminuer la taille du texte
Publié le 03/04/2013  à 17:16
Réagissez

Le designer Starck et le chef Senderens sont dans un hôtel. Ni l'un ni l'autre ne tombe à l'eau. Que reste-t-il ? Mama Shelter, un restaurant joyeusement foutraque. 

Une enfilade de bouées gonflables multicolores toutes plus kitchissimes les unes que les autres au-dessus d'une nuée de tables ou d'un bar géant (pour éviter la noyade ?), des murs et un plafond noir calligraphié à la craie de couleur par l'artiste spécialiste de la très chic "street-calli" Tarek Benaoum, des canapés mi-rayés mi-zébrés, des tabourets tam-tam siglés super-héros, des tapis improbables, des lampes sorties de nulle part...
Voilà pour le décor. C'est un brin foutraque, en tous cas hyper branchouille et c'est signé du top-designer Philippe Starck.

Alain Senderens © tim douet_0018 ()
Tim Douet

Dans l'assiette, Mama Shelter a branché Alain Senderens, le cuisinier-à-la-barbichette-du-savant-Cosinus. Pour rappel, c'est ce grand chef parisien qui, en 2005, renonça spectaculairement à ses trois étoiles pour se lancer dans une cuisine plus souple, libérée.

Capture d’écran 2013-04-03 à 18.19.20 ()

On entre sur le My Girl de Otis Redding. "I've got sunshine on a cloudy day...". Ce mercredi 3 avril, un rayon de soleil était pourtant descendu sur le quartier Jean Macé, "épicentre urbain de la ville déployant une énergie qui fait penser à ce Brooklyn de nos rêves" Mama Shelter says.

Alain Senderens OK © tim douet_0198 ()
Tim Douet

Ici, dans ce qui promet de devenir la table branchée de Lyon, Senderens est en roue libre. C'est une cuisine légère, déambulatoire. En vedette, la cocotte de coquillettes. Jambon Mosellos et oeuf mollet. Régressif et trop bon.
Les saveurs d'Asie, dont il s'est inspiré avant l'heure avec son chef Jérôme Banctel, sont présentes ici et là. Le tartare de boeuf - coupé au couteau pour la mâche - se pare de pignons de pin, de graines de sésame, de vinaigrette japonaise et de jus de poire. Le saumon est snacké, avec ses légumes et vermicelles chinois, sauce thaï.

Capture d’écran 2013-04-03 à 18.16.51 ()

Prix : pas de menu, une carte que l'on picore (comme les poules sur les rideaux) : entrées entre 6 et 20 euros, plats entre 14 et 24 euros, desserts entre 6 et 10 euros.

Mama Shelter. 13, rue Domer. Lyon 7e. 04 78 02 58 58. www.mamashelter.com. Ouvert tous les jours matin (petit dej), midi et soir.

> La critique complète est à lire dans le numéro de juin de Lyon Capitale (en vente en kiosque dès le 26 avril).

Capture d’écran 2013-04-03 à 18.25.39 ()

à lire également
  • Actuellement 4 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 4/5 (6 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !


Vos réactions
0 commentaire

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.