Grillades dans le couloir de la chimie


Par Guillaume Lamy
Publié le 14/12/2010  à 12:06
1 réaction

Le restaurant du mois. Pour la vue imprenable sur l’usine chimique Arkema, Courtepaille n’a pas de concurrence.

courtepaille ()

Autoroute A6, direction le Sud, sortie Pierre-Bénite Z.I. des Lônes. C’est ici que se planque le grill Courtepaille, à un gigot d’agneau d’Arkema - usine dont les éclairages aux néons (le village des Ewok dans Star Wars ?) nous ont tous déjà tapés dans l’œil, un soir de retour de vacances. C’est justement cet emplacement privilégié - air pur, calme et volupté - qui m’a conduit à m’y arrêter déjeuner. Pour celles et ceux qui n’ont jamais mis les pieds dans un Courtepaille – (re)voir Les Visiteurs - il suffit de penser à une chaumière circulaire – à Pierre-Bénite, on a plus l’impression d’un sas dans le couloir de la chimie - au centre de laquelle se tient un immense grill, animé par une paire de grillardins efficaces et souriants. Car Courtepaille, c’est avant tout “le restaurant de toutes les grillades”, prévient le set de table (si vous vous ennuyez, un joli dessin à colorier est proposé au dos). Bœuf, porc, agneau, volaille, poisson... le client a le choix entre pas moins de 28 sortes de grillades. Dont la célèbre andouillette de Troyes, la spécialité de Courtepaille. Combat d’andouillettes Sauf qu’on ne la lui fait pas au Lyonnais ! L’animal préfère son andouillette, celle de Lyon. Non pas par chauvinisme, mais parce qu’elle est à base de fraise de veau, autrement dit le muscle qui retient l’intestin, et de panse. Jamais à base d’estomac de porc, comme celle de Troyes. En bouche, c’est incomparable ! Côté bœuf, si le faux-filet et l’onglet se défendent, on a quand même vu mieux (notamment à Hippopotamus, une autre chaîne de restaurants). En revanche, les rillettes de sardine, servies avec une tranche de pains grillés, et l’assiette de terrine de campagne restent très honnêtes. Ce qui est objectif, en tous cas, dans cet article, c’est que la recette Courtepaille fonctionne à plein régime. En 2008, les 213 restaurants français ont enregistré un chiffre d’affaires de 192,4 millions d’euros (+10% de moyenne sur les trois dernières années). 38 000 personnes s’y arrêtent tous les jours.

Grill Courtepaille
Chefs : 5 “grillardins” qui tournent.
Propriétaire : Philippe Labbé, président du directoire de Courtepaille (filiale du groupe Accor).
Addition : menus de 11,95 à 21 euros.
Chemin de la Lône.
Z.I. Les Lônes.
69 310 Pierre-Bénite.
04 78 50 37 20.
www.courtepaille.com
Ouverture 7j/7, de 11h à 23h.

Petit plus : la vue imprenable sur Arkema, en nocturne.

  • Actuellement 4.5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 4.5/5 (2 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

à lire également

Vos réactions
1 commentaire

Et puis avec cette vue sur cet écorché aux tripes bigarrées, au squelette d'acier, aux vessie, estomac et pancréas d'aluminium, on est saisi par une bouffée de nostalgie industrielle. Bel endroit pour dévorer la fin d'un monde.

Signaler un abus | le 08/01/2011  à 16:43 | Posté par  Nil O'Pienses  

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.