DOSSIER

Lyon Capitale de la BD

Lyon BD Festival : la bande dessinée comme passerelle culturelle


Par Mathilde Delacroix
Publié le 11/05/2016  à 10:41
2 réactions

Les organisateurs du Lyon BD Festival ont présenté ce mardi la 11e édition de cet événement qui aura lieu pendant tout le mois de juin à Lyon. Cette année l’objectif du festival est d’amener la bande dessinée dans toutes les sphères culturelles de la ville.

Le festival Lyon BD au palais de la Bourse de Lyon © DR
© DR
Lyon BD au palais de la Bourse.

En 2016, et pour la onzième fois, le Lyon BD Festival investira les rues lyonnaises. L’événement, né à la Croix-Rousse, prend chaque année de plus en plus d’ampleur et ses organisateurs s’appliquent à faire de lui un moment inédit dans l’univers de la bande dessinée.

La plus grande BD du monde

Le festival démarrera fort en espérant s’inscrire pour la deuxième fois dans le Guinness Book des records, avec la plus grande de bande dessinée du monde. Des étudiants de l’ECAM, de l’école Emile-Cohl et l’école Joso Comic de Barcelone œuvreront pendant deux jours, les 21 et 22 mai, pour créer, une bande dessinée géante s’étendant sur plus de 1,6 kilomètre sous le tunnel de la Croix-Rousse. Cette BD, "Les traboules du temps", racontera l’histoire de Léa qui va remonter le temps et découvrir l’histoire de Lyon, de la révolte des Canuts à la création de la fête des Lumières. Le festival dans la ville démarrera le 1er juin et durera jusqu’à la fin du mois. Au total, ce sont près de 90 événements qui seront organisés dans plus de 65 lieux emblématiques de la ville. Pour la première fois, des expositions seront également mises en place et aborderont des thèmes différents. Certaines raconteront les liens étroits entre la ville de Lyon et la bande dessinée, comme celle consacrée à l’ancienne maison d’édition lyonnaise Lug, qui a fait connaître en France les personnages de la Marvel Comics. 

Le "décloisonnement artistique" en ligne de mire

Pour le président du festival, Mathieu Diez, l’axe principal du Lyon BD festival réside dans le "décloisonnement artistique". "La bande dessinée n’a pas de frontières et elle crée des passerelles entre tous les domaines de la culture présents dans la ville", précise Georges Képénékian. En effet, les différentes activités et expositions seront organisées dans des endroits variés : au Musée d’art contemporain, aux archives municipales, au Musée gallo-romain ou encore dans les mairies d’arrondissement ou au Palais du commerce, "des lieux qui ne sont pas forcément des réceptacles de la bande dessinée", explique Mathieu Diez. Un partenariat a été établi entre le festival et les musées : un ticket d’entrée dans un de ces musées permettra d’accéder au festival Lyon BD, et inversement.

"Une manifestation innovante"

Le festival accueillera également plus de 230 auteurs de bande dessinée, français ou étrangers, notamment Ruben Pellejero (Corto Maltèse), Fabien Vehlmann (Spirou), Laurent Verron (Boule et Bill) ou encore Chloé Cruchaudet (Mauvais genre). Mais pour les organisateurs, pas question de ne préparer que des séances de dédicaces ordinaires. Ce festival est "une manifestation innovante", comme le décrit son président. Des rencontres autour de différents projets sont prévues. Le dessinateur Boulet présentera par exemple un concert dessiné avec le groupe Inglenook, le 4 juin, et une dizaine d’autres artistes réinventeront à leur manière des œuvres du musée des Beaux-Arts, le 5 juin.

"Le plus important, c’est de ne pas être le 400e festival de bande dessinée, mais de proposer quelque chose de décalé qui puisse attirer à la fois les auteurs et les visiteurs. Quelque chose qui intéresse aussi ceux qui ne sont pas des férus de BD", concluait Mathieu Diez.

  • Actuellement 4.5 sur 5 étoiles
  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5
Note : 4.3/5 (6 note(s) attribuée(s))

Merci d'avoir participé !

Vous avez déjà noté cette page, vous ne pouvez la noter qu'une fois !

Votre note a été changée, merci de votre participation !

Partagez cet article :   Twitter Facebook Google Plus email

Vos réactions
2 commentaires

je l'ai fait l'an passé, c'était vraiment très sympa;
Une bonne ambiance malgré le monde.

J'ai eu l'occasion de rencontrer les auteurs de Spirou et de signer un auto-graphe;
Vraiment chapeau pour l'organisation!

De plus, cela m'a permis de visiter Lyon, très belle ville, je vous la conseille à tous.
Dommage que l'immobilier soit un peu cher là-bas mais sinon j'y vivrai bien, surtout en cette période estivale, il y fait tellement bon.

Signaler un abus | le 11/05/2016  à 11:47 | Posté par  immofrance  

@immofrance :
.
".......il y fait tellement bon......."
Surtout que la ville est reconnue comme parmi les plus polluées de France, avec sa pollution automobile, le couloir de la chimie, les PCB dans le Rhône, etc, etc.

Signaler un abus | le 11/05/2016  à 13:49 | Posté par  Abolition_de_la_monnaie  

Il n'est pas possible de poster des commentaires au-delà de 60 jours après la publication de l'article.